Les infections sexuellement transmissibles (IST) sont un problème social majeur de nos jours, dans la mesure où elles sont relativement répandues, lourdes de conséquences pour les malades, dangereuses pour la société et susceptibles d’influer sur la procréation.

Sont considérées comme IST: la syphilis, le chancre mou, qui peuvent entraîner de graves complications(sur le système cardio-vasculaire, sur le système nerveux et sur d’autres organes), la gonorrhée, la trichomonase, la chlamydia, les mycoplasmes et la gardnerella, qui provoquent des maladies inflammatoires à l’origine d’infertilité.

Pour les infections virales, on trouve l’herpès génital, le molluscum contagiosum et les verrues génitales avec leurs affets possibles sur le col de l’utérus, toutes ces infections sont susceptibles de déboucher sur un cancer, une hépatite B, le Sida, des maladies fongiques – candidose et autres, etc…

Le risque de transmission de ces infections est réel pour n’importe quelle personne. Vous pouvez contracter des IST dans tous les types de rapports sexuels. Chaque type d’IST a ses caractéristiques, mais dans l’ensemble, elles présentent un certain nombre de traits communs:

• l’apparition de sécrétions des voies urinaires:

• l’apparition de rougeurs, de petites fissures, de plaies sur les organes génitaux;

• l’apparition de troubles de la miction: augmentation de leur fréquence, douleurs;

• l’inflammation des ganglions lymphatiques inguinaux.

Le caractère perfide des IST est qu’elles peuvent survenir sans symptômes. Les effets de l’infection se répercutent à long terme mais le taux de guérison spontanée est nul. Si la personne n’est pas traitée ou a recourt à l’automédication, elle risque des complications graves.

Un voisin ou un collègue sont souvent de bons conseillers mais pas dans le cas d’espèce. Il ne faut pas les écouter. Mieux vaut consulter un médecin.

La présence de maladies sexuellement transmissibles chez la femme enceinte entraîne une contamination de l’enfant pendant son accouchement. Cela peut être la cause chez le nouveau-né de maladies des yeux, des formes graves de pneumonie ou de méningite (inflammation des méninges).

Si vous pensez avoir contracté une IST, ou que votre partenaire est malade, il est sage de consulter un médecin. C’est le gage d’un bon diagnostic et d’un bon traitement. Adressez-vous aux institutions spécialisées – dotées de salles d’examen et de traitement anonymes, où vous pourrez bénéficier de soins médicaux de qualité.

Nul n’est besoin, me semble-t-il, de démontrer qu’il est bien plus facile d’éviter les IST que de se débarrasser d’elles. Tenez-vous en donc aux règles de prévention de base: ayez un seul et même partenaire sexuel ; utilisez des préservatifs, dans le respect des règles de leur manipulation; cessez tout contact intime si vous ou votre partenaire avez des éruptions cutanées sur les organes génitaux ou sur la bouche, ainsi que des sécrétions des voies urinaires.

Rappelez-vous que toutes les IST (à l’exception du Sida) peuvent être soignées et contactez immédiatement votre médecin dès que vous soupçonnez quelque chose.

Auteur: Farida Glimpchina, dermatologue

Traduit du russe par Jonathan Favorel.

Source: « Опасны ли ИППП?».

Publié dans Tatvestnik.ru le 30 deptembre 2016.

Source Photo: Wikipédia.

Accédez à la carte Gazeta: ICI !!

–> Haut de page