Novosibirsk_theatre
À Novossibirsk la place Sverdlov conservera le nom de l’initiateur de la « Terreur Rouge »

La réunion, le 19 janvier 2016, de la commission d’attribution des noms aux voies de Novossibirsk s’est terminée sans les sensations attendues. La question du changement de nom de la place Sverdlov a en effet été repoussée sine die, alors même que les résultats d’une consultation sur Internet permettaient de supposer que la place se verrait attribuer le nom de l’architecte Andreï Kriatchkov.

Les autorités municipales ont décidé de ne pas « diviser la société ». Elles ont préféré examiner la proposition d’attribuer le nom de l’architecte au square qui abrite sa statue. Mais cela ne revient-il pas à « diviser la société »? Un bout aux uns, un bout aux autres, n’est-ce pas là un motif de division ?

– Les habitants que nous avons interrogés se sont prononcés contre le changement de nom de la place Sverdlov, a affirmé Renat Souleïmanov, conseiller municipal d’obédience communiste, dont la circonscription se trouve justement dans le secteur de la place. Nous n’allons pas jeter de l’huile sur le feu, monter les uns contre les autres.

Beaucoup de ceux dont l’avis comptait dans ce débat se sont avérés partager ce point de vue. Mais quelle est la valeur d’une enquête menée auprès de certains habitants  ? Peut-elle constituer un argument dans une affaire d’une telle importance ? Et si demain les élus municipaux et autres personnalités publiques décident d’interroger les seuls habitants d’un immeuble de l’avenue Dzerjinski, de la rue Ouritski (deux bolchéviks responsables de la police politique à l’époque de la révolution – NdT) ou de la rue du même Sverdlov ? Sera-ce la bonne méthode? Évidemment non.

La présidente de la commission, Anna Terechkova, qui dirige le département de la culture, du sport et de la jeunesse de la mairie, a déclaré :

– Ce sont en général des jeunes qui répondent aux questionnaires on line. Mais Novossibirsk a été bâtie par la génération d’avant et il est indispensable de tenir compte de son opinion.

Ah bon ? Alors à quoi ça sert de faire des enquêtes sur Internet ? À passer le temps ? Et, en principe, ne vaut-il pas la peine de prendre en considération les opinions de la jeune génération ? Et comment se comporteront dans une dizaine d’années ces mêmes jeunes quand ils assumeront la responsabilité de la ville ?

Et d’ailleurs toutes les personnes âgées ne sont pas d’accord avec ce qui se passe.

– Je ne comprends pas, ou bien c’est de la politisation, ou bien le désir de créer des tensions, mais il est malhonnête de refuser de débaptiser la place, regrette la dernière élève en vie de l’architecte, Galina Volkova-Bourkhanova. La contribution de Kriatchkov à l’architecture de la ville n’est pas reconnue à la hauteur de ses mérites.

Pour calmer les esprits, l’architecte Alexandre Lojkine fait valoir que le square où se trouve la statue deKriatchkov porte déjà son nom dans les faits.

– La place Sverdlov, poursuit-il, est assez modeste alors que le square est d’une taille bien plus importante; d’ailleurs, les habitants du lieu et les collaborateurs du service des espaces verts l’appellent depuis longtemps « square Kriatchkov ». Mais, au regard de l’histoire, il est vrai que c’est honteux qu’il n’y ait pas à Novossibirsk un lieu qui porte le nom de Kriatchkov ; Novossibirsk, capitale de la Sibérie dont tout le monde sait que deux de ses places sont bordées chacune de quatre bâtiments qui lui sont dus.

(…) Rappelons que la question du changement de nom de la place est en discussion depuis déjà dix ans. Yakov Sverdlov n’a pas bonne presse : c’est à lui que l’on attribue l’ordre de faire fusiller le tsar et sa famille, sans verdict d’un tribunal ni décision du bureau politique ; sa signature figure au bas du décret sanglant instituant la « Terreur Rouge », qui a coûté des centaines de milliers de vies humaines ; il est responsable du sort tragique des cosaques ; une certaine presse estime qu’il n’était pas étranger à la tentative d’attentat contre Lénine; il s’est en effet installé dans son bureau aussitôt après.

Il serait bon que chacun des membres de la commission d’attribution des noms de rues se voit remettre une note objective, rédigée par un historien de renom, sur la personnalité de Sverdlov et que cette note soit publiée dans la presse locale. Pour pouvoir juger sur pièces, et non d’après des on-dit.

() Les années 1990 ont vu déferler une vague de changements de noms, mais celle-ci a épargné Novossibirsk : nous avons conservé l’avenue Marx et la place Marx, la rue Lénine et la place Lénine, la rue Kalinine et la place Kalinine, la rue Kirov et la place Kirov, la rue Sverdlov et la place Sverdlov. Tout est demeuré comme il y a un quart de siècle, et le maire de la ville est un communiste. ()

Auteur: Natalia Nachtalova, Ilia Inzov.

Traduit du russe par Robert Giraud.

Source: « Площади Свердлова в Новосибирске оставили имя инициатора «красного террора ».

Publié dans Sovietskaya Sibir’ le 20 janvier 2016.

Source Photo: Wikipédia.

Pour découvrir Novossibirsk, accédez à la carte Gazeta: ICI !!

–> Haut de page