Irkoutsk
Intoxication de masse à Irkoutsk : les autorités annoncent un renforcement des contrôles

L’intoxication de masse par un liquide à base dalcool « Boiarychnik » qui a déjà provoqué le décès de 49 personnes dans la région d’Irkoutsk a poussé Rospotrebnadzor [1] à envisager de faire suspendre la vente de toute production alcoolisée dans la région. Anna Popova, le chef du service, considère cette mesure comme indispensable.

 L’enquête criminelle a été confiée aux services centraux du Parquet. L’instance de contrôle des produits alcoolisés, Rosalkogolregoulirovanie, s’est dite favorable à un renforcement du contrôle du commerce de ces produits, qu’ils soient destinés à la consommation domestique ou à un usage médical.

la question a été évoquée au Conseil des Ministres, lundi. Le Premier Ministre, Dmitri Medvedev, a demandé au gouvernement de prendre toutes les mesures pour faire retirer de la vente les produits à base dalcool qui seront visés par la nouvelle législation.

De nombreux habitants d’Irkoutsk intoxiqués par l’alcool de contrefaçon « Boiarychnik » ont commencé à affluer dans les hôpitaux de la ville lors du weekend. L’analyse de ces « produits pour bains » vendus pour 40 roubles le flacon a révélé la présence de méthanol et dantigel. Plus d’une centaine de points de vente commercialisent le « Boiarychnik » à Ikroutsk. Deux individus commercialisnt le produit ont été interpellés et plus de 2 000 flacons ont été retirés de la vente.

Le nombre de victimes augmente

Le nombre de victimes dû à lintoxication continue daugmenter. Le Procureur du district Lenine à Irkoutsk, Stanislav Zoubovskiy, a indiqué à l’agence RIA Novosti que le nombre de décès à l’absorption du « Boiarychnik » est monté à 48. (…)

Suspendre les ventes

() La directrice du Rospotrebnadzor, Anna Popova,, a indiqué sur la chaîne « Russie 24 » que toutes les intoxications dans la région dIrkoutsk étaient liées à la consommation dun alcool frelaté commercialisé de façon illégale : 

 » Nos enquêtes montrent que le nombre de cas dintoxication par des produits frelatés ne diminue que très légèrement ces cinq dernières années et que le taux dempoisonnement par méthanol augmenteJe voudrais attirer lattention sur le fait que toutes les intoxications dont nous parlons ces derniers temps, y compris le tragique événement qui vient de se produire, sont toutes liées à lutilisation d’alcool frelaté : aucun des produits mis en cause dans cet incident n’était commercialisé de façon légale. »

Renforcement du contrôle

La tragédie d’Irkoutsk a confirmé la gravité du problème du contrôle de la commercialisation de produits alcoolisés non alimentaires. Comme l’a indiqué au mois de novembre le Vice-Premier ministre Aleksandre Khloponine, les liquides contenant de lalcool à « double usage », comme les teintures et les lotions, représentent environ 20 % du marché de lalcool en Russie. Un projet de loi réglementant leur commercialisation devrait être soumis à la Douma d’État d’ici la fin de l’année. (…)

Toute la Sibérie est envahie d’alcool frelaté

Les produits à base dalcool frelaté ont « envahi » non seulement la ville dIrkoutsk, mais aussi toute la Sibérie, a déclaré Elena Mizoulina, membre du Sénat au titre de la région dOmsk.  » Non seulement Irkoutsk, mais aussi la Sibérie toute entière est «envahie » par ces produits frelatés. Dans ma salle dattente à Omsk, je reçois régulièrement des plaintes qui confirment que ces produits sont vendus partout « sous le manteau », clandestinement, aux arrêts de bus, dans les kiosques à journaux. Ils coûtent de 20 à 30 roubles « .

Elle considère que les services du ministère de l’intérieur à Omsk et dans dautres régions devraient procéder à une inspection massive de ces points de vente. Ses équipes, fait-elle valoir, œuvrent depuis longtemps à recueillir des informations et des preuves documentaires sur lexistence dun nombre « énorme » de points de vente illégaux de produits alcoolisés à Omsk. La sénatrice est prête à transmettre cette masse d’informations aux services de police.

La pauvreté est en cause

D’autres suggestions et commentaires se sont ajoutés aux déclarations sur lapplication dune réglementation plus stricte des produits à base dalcool. Ainsi, Nikolai Govorine, vice-président du comité de protection de la santé de la Douma, a suggéré que les personnes souffrant dalcoolisme soient forcées par une décision de justice de suivre un traitement:

« Il faut aborder la question dun examen médical obligatoire qui serait imposé aux personnes qui abusent de lalcool et à celles qui mènent une vie immorale et causent du tort à leur entourage. Cette question concerne avant tout les enfants élevés dans des familles dalcooliques. Le traitement médical de ces dernières devrait leur être imposé par une décision des tribunaux. J’étudie cette question actuellement », – a-t-il indiqué dans une déclaration rapportée par le service de presse du parti « Russie Unie ».

D’après lui, il est indispensable de modifier le cadre législatif et réglementaire de la lutte contre lalcool frelaté :

« Il faut renforcer les peines et augmenter les pénalités pour commercialistion de ce type dalcool. Une amende de 500 roubles est ridicule. Il faut ajouter des peines de confiscation des biens. Cest le seul moyen qui nous permettra de stopper la vente d’ersatz d’alcool dans les villages et les hameaux »

Pour le chef du Centre d’études du marché de l’alcool (CRMFR),Vadim Drobiz, le problème de l’intoxication par de l’alcool contrefait peut être résolu soit par une baisse jusqu’à 50 roubles du prix minimal de la bouteille de vodka , soit par une augmentation du salaire minimum.

Selon Drobiz, la fabrication clandestine du produit frelaté à base dextraits daubépine, qui était jusque là produite dans une usine à Saint-Pétersbourg, s’est développée dans une coopérative de la banlieue d’Irkoutsk. « Lusine de Saint-Pétersbourg fabriquait un ersatz dalcool fort mais de bonne qualité. Il ny avait pas de plaintes après consommation du produit. Mais lusine a été fermée en 2015. A Irkoutsk, on a utilisé les mêmes étiquettes et documents, et cest ainsi que le produit frelaté qui a conduit à l’intoxication actuelle a été lancé « .

Selon lui, la taxation des préparations pharmaceutiques et cosmétiques contenant de lalcool et leur classification parmi les produits alcoolisés n’aurait aucun effet.

Le retrait de la vente du « Boiarychnik » avait déjà été évoqué il y a 6 mois

Le nombre de victimes intoxiquées par lalcool frelaté approche la centaine- voir la vidéo : http://www.irk.kp.ru/daily/26621/3639695/

58 morts, 38 personnes hospitalisées, pour la plupart dans un état grave. Voilà la terrible statistique de la tragédie qui a eu lieu à Irkoutsk. Les gens se sont intoxiqués avec un ersatz d’alcool. Si hier encore, le pays tout entier pensait que les victimes étaient coupables de ce qui leur était arrivé,- seuls des alcooliques désespérés, vivant dans des trous ou dans des puits ou des chaufferies prennent le risque de boire des flacons cosmétiques alcoolisés « Boiarychnik », à présent la situation est vue sous un autre angle : se sont en effet retrouvés au service des soins intensifs. des retraités, une jardinière d’enfants, une infirmière, une mère de famille nombreuse, etc… Il ne s’agit pas d’alcooliques invétérés, mais de citoyens lambdas avec des revenus moyens. A part le « Boiarychnik », l’entreprise clandestine produisait plusieurs sortes de vodkas parmi les plus populaires ( « Pchenitchnaïa », « Tsarskaia Okhota », « Belaia Bereza », « Finskoe serebro »). Sauf qu’au lieu d’utiliser de l’alcool alimentaire – l’éthanol – l’on utilisait du méthanol – un poison mortel.

Témoignages

Alexis (médecin, 33 ans) : “ J’ai rencontré de vieux amis et on a décidé de passer un moment ensemble. Rien que de normal, non: ? C’était dimanche, un jour férié Mes amis ont acheté de la vodka, dont je ne me souviens pas de la marque ; elle avait une odeur tout a fait ordinaire, mais son goût était étrange car l’arrière goût était amer. Je n ‘ai bu qu’un verre et puis je suis rentré chez moi. Le soir, j’ai joué avec mon enfant, diné en famille et ensuite je suis allé me coucher. Le lendemain matin j’avais perdu la vue : je n’arrivais même pas à distinguer les caractères écrits sur mon téléphone portable. Lorsque j’ai voulu me lever, j’ai constaté que mes jambes ne m’obéissaient plus. On a fait venir une ambulance et tout de suite j’ai été transporté au service des soins intensifs.

Comme on dit, Alexis est “né coiffé” ; il a eu de la chance car il est le seul qui peut espérer un rétablissement complet ; il a recouvré la vue hier soir. Les autres se trouvent dans un état grave. Valentina, sa voisine de lit aux soins intensifs, âgée de 28 ans, présente des lésions dans tous ses organes, et se trouve sous assistance respiratoire..

« Où est mon mari ? Le savez-vous ? » – a-t-elle à peine réussi à murmurer avant d’éclater en sanglots.

Une élève de CP, âgée de 7 ans, est devenue orpheline. Sa mère et son père sont morts sous ses yeux. La jeune fille en larmes a couru chez les voisins pour leur demander de l’aide. L’ambulance est arrivée rapidement, mais il était trop tard…

« Elle n’a plus personne, même pas de grands-parents » – avons-nous appris à l’école où elle étudie.  Actuellement elle se trouve dans un centre de réinsertion sociale. On espère seulement que des parents éloignés se manifesteront et l’adopteront.

Pouvait-on éviter cette tragédie? Il se trouve que les habitants de la ville avaient déjà sonné l’alarme en demandant le retrait de la vente de ce fameux « Boiarychnik ». Nous disposons de preuves de poids à ce sujet Ainsi, lorsque la « nouveauté » est apparue dans les magasins d’Irkoutsk, en juillet, des clients ont commencé à demander à l’administration municipale d’interdire la vente de ce produit bon marché dont plusieurs personnes étaient devenues « accro ». Certes, l’étiquette comporte une mise en garde, indiquant que « Il est dangereux d’avaler le produit », mais c’est une mesure de pure forme destinée aux services de contrôle. En plus, afin que personne ne puisse y redire , le breuvage mortel était vendu au rayon des pr oduits d’entretien. Mais il était clair dès le départ qu’il s’agissait d’un produit de bain. Comme on peut le voir, ces précuations bureaucratiques malignes ont joué un mauvais tour par la suite.

Le 13 juillet, la municipalité d’Irkoutsk avait saisi par courrier la représentation locale de l’instance de contrôle, le Rospotrebnadzor. La responsable du service de promotion du marché et de la consommation, Evguenia Semenova, y écrivait notamment que  » la population utilise un produit de bains alcoolisé en guise de boisson alcoolisée. Nous demandons à la direction régionale de Rospotrebnadzor de renforcer ses contrôles sur la commercialisation de produits d’entretien contenant un taux élevé d’alcool sur le territoire d’Irkoutsk « .

La réponse est venue le 21 juillet :

« Le produit concentré pour bain « Boiarychnik » est un produit cosmétique qui se range dans la catégorie des produits de parfumerie, de beauté et de soins. Ce n’est pas un produit alimentaire et il n’est pas destiné à des fins alimentaires. Nos services ne sont par conséquent pas fondés à se prononcer sur la légalité de sa commercialisation ».

La ville a entamé des contrôles de tous les points de vente. Une attention particulière a été portée aux petits kiosques et aux étals dans les rues. En deux jours, dix tonnes d’alcool contrefait, soit 3700 bouteilles de « Boiarychnik » ont été saisies. En outre, le gouverneur de la région d’Irkoutsk a interdit la vente des « produits contrefaits non alimentaires à base d’alcool ».

– Pour contrôler la vente des produits de ce type, il faudrait modifier la législation fédérale, a déclaré le gouverneur de de la région de Priangarié,Sergey Levtchenko, . – Le service du commerce de détail et des licences de vente de la région d’Irkoutsk avait saisi en ce sens le ministère fédéral de l’Industrie et du Commerce en préconisant d’interdire la commercialisation de tout liquide à base d’alcool contenant des extraits d’aubépine. Le service fédéral avait répondu que notre proposition serait prise en compte lorsque des amendements aux dispositions législatives concernées seraient discutées.. Je suis sûr que ce processus va s’accélérer à présent.”

———

[1] NdT: Service fédéral de surveillance en matière de protection des droits des consommateurs.

Auteur: Rédaction.

Traduit du russe par Oksana Myroshnik.

Source: « Массовое отравление в Иркутске: власти говорят об усилении контроля ».

Publié dans Ria Novosti le 19 décembre 2016.

Source Photo: Wikipédia.

Pour découvrir Irkoutsk, accédez à la carte Gazeta: ICI !!

–> Haut de page

 

Une pensée sur “Intoxication de masse à Irkoutsk”

Les commentaires sont fermés.