Vladimir

Les banquiers veulent du durable

Depuis le début de l’année, les banques russes ont engrangé 927 milliards de roubles. Et les octrois de crédits aux particuliers augmentent plus vite que les actifs des banques.

Pour les clients exigeants

Ce sont les prêts hypothécaires qui détiennent la palme dans le domaine du crédit. Plusieurs établissements importants ont déjà annoncé une baisse de leurs taux sur les prêts hypothécaires, descendant en dessous de 10%, avec un apport personnel de 10-15%.

Le directeur de l’agence de Vladimir de la PAO Sberbank, Timothée Pismerov, constate que les taux ont atteint le niveau le plus favorable de la dernière dizaine d’années. La VTB, la VTB24 et d’autres concurrents de la Sberbank révisent eux aussi à la baisse les conditions des prêts hypothécaires.

Comment s’explique cette générosité débridée des prêteurs ? Alors que le pays est en crise et, donc, que le pouvoir d’achat des citoyens dégringole… Mais pour Pismerov, diminuer les taux est une stratégie normale sur un marché concurrentiel.

– Comment attirer un client qui devient, de nos jours, de plus en plus exigeant ? Et Pismerov répond : par le service et les tarifs. On y perd sur la rentabilité, mais en revanche l’hypothèque crée des relations durables. Si une banque reçoit des dépôts à long terme, elle a les moyens de financer l’accession à la propriété. La Sberbank est déjà disposée à augmenter de 20% ce type de financement. Et ceci dans la province de Vladimir, où notre part du marché des prêts immobiliers est déjà de 57%. Dans notre région, en un seul semestre, nous avons octroyé 2113 prêts hypothécaires, soit plus de la moitié des prêts de ce type.

Si même les prêts hypothécaires progressent plus vite que selon les prévisions, Pismerov est persuadé qu’il pourra faire face à la demande. Et cette demande existera, par l’abaissement des taux d’intérêt et des apports personnels, tandis que la réduction de ces derniers libérera les accédants de la nécessité d’épargner durant de longues années avant de pouvoir emménager. ll y a deux ans, l’apport personnel pour un logement d’une ou deux pièces était de 450 000 roubles. Aujourd’hui, cette somme a été ramenée à 337 000 roubles. Ce qui représente une différence sensible pour le budget d’un ménage.

Des taux particuliers pour des opérations spéciales

Quand on compare les  deux « poids lourds » que sont la Sberbank et le groupe VTB (qui contrôle 23% du marché du crédit), les propositions de la première paraissent plus attrayantes : la Sberbank pratique des taux à partir de 7,4% l’an, conre 9,5% chez VTB.

Mais si l’on y regarde de plus près, on découvre que les 7,4% s’appliquent à des logements dans des ensembles immobiliers faisant l’objet d’opérations spéciales avec le promoteur. Le taux ne s’applique que dans des cas précis. Néanmoins, Timothée Pimerov précise que dans la province de Vladimir, l’éventail de ces « cas précis » est assez large.

De plus, l’attachée de presse de l’établissement rival, la VTB24, pour le district fédéral du centre, Youlia Volkova, assure qu’ils disposent de propositions analogues dans toutes leurs zones d’activité, dans le cadre de programmes conjoints avec des entreprises du bâtiment, et les taux d’intérêts peuvent être alors encore plus attractifs, à partir de 6,4% l’an.

Les taux de base de ces deux acteurs du marché pour les clients salariés sont pratiquement identiques : 9,4% et 9,5%. De plus la VTB fixe l’apport personnel à 10% du montant du crédit, et la Sberbank à 15%.

Qu’est ce qui permet ces conditions de faveur ? Mais le volume des affaires traitées, voyons !

Nos experts estiment que c’est actuellement le bon moment pour souscrire des emprunts hypothécaires, car les banques baissent leurs taux, et les promoteurs leurs prix.

Les entreprises ont intérêt à collaborer avec les établissements prêteurs, toujours en vertu du principe selon lequel plus les prix sont bas, plus il y a d’acheteurs. Et le nombre de clients, comme partout, est le gage du succès. Les constructeurs comprennent qu’il vaut la peine de faire un effort au profit des clients des banques, en particulier de celles qui ont des moyens. En se liant aux banques, les entrepreneurs savent que les banquiers les aideront à vendre encore plus de mètres carrés de surface habitable.

Les prêts immobiliers présentent encore un avantage pour les banques : c’est de récupérer plus vite leur argent. En effet, la majorité des emprunteurs remboursent d      ans les délais.

Pismerov estime que le développement des prêts hypothécaires va de pair avec l’essor du crédit à la consommation. Pour le banquier, c’est un signe positif. De plus, ajoute-t-il, les gens dépensent moins leur argent à tort et à travers. Au lieu des gadgets, ils se tournent vers les biens d’usage.

Les contrats d’hypothèque sont généralement conclus en roubles. Les gens se sont convaincus, ces dernières années, que les taux de change sont soumis à bien des perturbations. Aussi, les crédits en devises sont-ils choisis principalement par des personnes qui touchent un salaire stable en devises,  ce qui est le cas  de moins de 3% des emprunteurs.. Et les banquiers n’encouragent pas ce choix.

Le portrait-robot de l’emprunteur type de la province de Vladimir

Près de 52% sont des femmes. dans leur grande majorité entre 25 et 34 ans Les deux tiers sont mariées et un tiers ont un enfant d’âge préscolaire. 58% des emprunteurs sur hypothèque ont un diplôme d’enseignement supérieur. Elles préfèrent travailler au sein d’une équipe et aiment écouter la radio. Elles puisent 79% de leurs informations sur Internet. Plus de 81% s’efforcent de ne jamais prendre d’arrêt de maladie.


Auteur: Marina Kisseleva.

Traduit du russe par Robert Giraud.

Source: « Банкиры за «долгие отношения » ».

Publié dans Vedom.ru le 27 aout 2017.

Source Photo: Wikipédia.

Pour découvrir Vladimir, accédez à la carte Gazeta: ICI !!

–> Haut de page