Les nouveaux systèmes de gestion des déchets vont peser sur les factures

La Douma s’attend à une hausse des tarifs pour l’enlèvement des déchets solides municipaux (DSM) du fait du passage au nouveau système de gestion des déchets. “ Le coût du service augmentera uniquement dans les localités qui ne payaient rien jusqu’à présent, » déclare-t-on au Ministère de l’équipement.Cependant, d’après les experts, le montant de la redevance pourrait passer de 130 à 2 000 roubles la tonne dans le District fédéral central [1] Russie centrale. Et dans les régions où les déchets sont acheminés vers des usines d’incinération, il pourrait atteindre 10 à 12 000 roubles la tonne par an. Par ailleurs, après la mise en service d’incinérateurs thermiques, l’augmentation des prix affectera également les consommateurs d’électricité.

“La hausse des tarifs pour l’enlèvement des DSM découle de la simple logique : le nouveau système de gestion des déchets va induire des sites d’enfouissement/centre de traitement plus grands mais aussi moins nombreux, ce qui se traduira par un allongement de la distance entre points de collecte et sites d’enfouissement,” explique Vladimir Panov, vice-président de la Commission de la Douma pour l’écologie et l’environnement. La deuxième raison de cette augmentation tient au coût des investissements réalisés.  » Un nouveau système de traitement des déchets par tri et recyclage sera mis en place.” A la Douma, on se plaint de l’absence d’information sur le changement de système de gestion des déchets, concernant notamment la collecte et le recyclage. S’agissant de l’incidence de l »allongement de la distance entre les points de collecte et les sites d’enfouissement, le Ministère de l’environnement a répondu que la fixation des tarifs n’était pas de son ressort, bien qu’il travaille conjointement avec le Ministère de l’équipement au changement de système de traitement des ordures.

Quant au Ministère de l’équipement, il ne pense pas que le nouveau système entraînera une hausse générale des charges pour la population, compte tenu que les municipalités qui ne payaient rien jusqu’à présent devront particper désormais. “ Certes, le passage d’un système bancal à un système moderne de taxation est susceptible d’entraîner une augmentation des tarifs,” convient André Tchibiss, ministre délégué. Les Services fédéraux antitrust (FAS), qui sont chargés d’approuver les méthodes de calcul des tarifs, n’ont pas souhaité se prononcer sur l’éventualité d’une hausse. .

Quant aux experts, ils affirment déjà le contraire. “Alors qu’aucune collectivité n’est pour l’instant passée au nouveau système de gestion des déchets, les redevances sont déjà en train de changer, nous dit Albina Doudareva, présidente du Comité de coordination pour la gestion des déchets. A Kostroma, par exemple, un nouveau site d’enfouissement a été mis en service et le montant de la redevance pour la collecte des déchets a augmenté jusqu’à 700 roubles la tonne par an.” Madame Doudareva estime que le passage au nouveau système de gestion fera passer de 130 à 2000 roubles la tonne par an le montant de la redevance à acquitter par les usagers du District fédéral central, pour une production moyenne de 250 à 400 kilos; le passage massif à un recyclage secondaire des déchets, permettant la commercialisation des matières recyclées, devrait avoir un effet à la baisse sur les tarifs appliqués aux usagers. Quant à la question de l’incidence sur les tarifs de l’allongement des distances entre les points de collecte et les sites d’enfouissement, les experts suggèrent de la résoudre en faisant transporter les déchets par voie ferroviaire.

La situation est différente dans les régions (de Moscou et du Tatarstan) où seront implantés les cinq incinérateurs prévus dans le cadre du projet “Un pays propre”. Une fois leur construction achevée, la redevance dans ces régions pourrait augmenter et atteindre entre 10 à 12 000 roubles la tonne par an contre les 130 roubles actuels. « En plus de cette hausse de la redevance, le marché de l’électricité sera également impacté» poursuit Madame Doudareva. Nathalie Porokhova de l’AKRA estime que la mise en service des incinérateurs thermiques provoquera une hausse de 4% des tarifs de l’électricité pour les usagers de la région moscovite (Moscou compris) et du Tatarstan. L’entreprise chargée de la réalisation du projet, le groupe“Rostech”, avait précédemment fait une évaluation similaire.

Selon la Commission de la Douma pour l’écologie et l’environnement, l’augmentation du montant des charges consécutive au changement de système de gestion des déchets pourrait se situer entre 5 et 14%, dès cette année. Estimation obtenue d’après des prévisions basées sur un échantillon de régions excluant Moscou et le Tatarstan.

Depuis 2012, le gouvernement s’efforce de se conformer au principe préconisé par le Président Vladimir Poutine d’une hausse des charges qui ne dépasse par celui de l’inflation. Or, celle-ci pourrait être inférieure à 4% en 2017. Dans ces conditions, les efforts de la Maison Blanche [2] pour moderniser la gestion des déchets risquent fort de repousser sine die les tentatives de limiter la hausse des charges municipales ce qui, compte tenu de la hausse par ailleurs des tarifs de l’électricité, se répercutera sur les prix à la consommation.


[1] NdT: Russie centrale.

[2] NdT: du Gouvernement.

Auteur: Non Indiqué.

Traduit du russe par Équipe Gazeta France-Oural.

Source: « Мусор набивает себе цену ».

Publié dans Toulskie Rianiki le 10 mars 2017.

Source Photo: Wikipédia.

Pour découvrir Toula, accédez à la carte Gazeta: ICI !!

–> Haut de page